Le Trident du Fou

Guilde JcJ/JdR Culte de la Rive Noire
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  [JcJ-JdR/Public] Par les Ténèbres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rälkezad

avatar

Messages : 3317
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 36
Localisation : Midi-Pyérénées

MessageSujet: [JcJ-JdR/Public] Par les Ténèbres.   Mer 07 Juil 2010, 13:23

[Ceci est un copié collé de la partie Projets afin de favoriser une communication avec les créatures de MortSure.]



[Voix off super grave, à l'américaine :]

"Cela y est : les évènements se précipitent, le Fou a repris contact avec son Trident. Un temps dispersés et distraits par la Guerre Ouverte, les Corsaires les plus craints des Royaumes de l'Alliance vont renouer avec la Folie et l'essence même de leur histoire secrète."


Mais tout d'abord, un rappel des épisodes précédents s'impose, pour ceux qui auraient embarqué après lesdits évènements.

Ce qu'il faut savoir, c'est que cette trame serait nouée et développée idéalement par et avec Terdein, l'équipage du Trident du Fou et les créatures de MortSure.

Sachant que leur RP est d'une incroyable complexité et que nous pouvons y voir là un challenge à relever. Il est à noter également que leur inclinaison est surtout PvE - RP, et que leur effectif prévisible pour les 4 ou 5 rencontres environ à prévoir avant l'arrivée de Cataclysm, des Worgens et de l'ouverture de Gilnéas serait d'une dizaine de participants environ. C'est une base de départ.

Tout ceci permet d'augurer que cette trame pourrait être jouée exclusivement en interne, avec moults facilités JdR entre nos deux groupes, pour peu que l'on puisse bien caler les schmilbliques à organiser.

Contrairement à la trame que nous tentons de nouer avec les PN, celle qui nous lierait aux MortSure serait Burtonienne à souhait, gothique et d'une ambiance très Forêt des Pins Argentés, eaux sombres et froides, vieilles pierres, crépuscules et clairs de lune. Et worgens, Arugal, et autres créatures de la Nuit. Un JdR terriblement "dark" et tout et tout, avec intrigues alambiquées et ultra-violence dans les bois.

Ici, il ne s'agirait plus de butin, ou de prises de guerre. Ici, il s'agit du Fou, rien de moins.

Bref, une promesse de dépaysement assuré pour les Corsaires des Mers du Sud.

L'histoire que nous allons entretenir avec MortSûre va au-delà du simple JcJ, même mâtiné de JdR bien sympathique. Il permet à ceux que le JdR plus sombre intéresse, avec des mystères et des crimes cachés et à moitié oubliés et machin et truc, dans l'exploitation d'une piste Blizzard absolument méconnue (Terdein avait développé le bidule avant que le Royaume Perdu de Gilnéas ne soit simplement mentionné dans les newsletters d'extension) de s'en donner à coeur joie dans les sombres bois de résineux.

Ceux qui seront intéressés devront d'une manière ou d'une autre intégrer dans leur propre histoire JdR une évolution qui impliquera ceci :

"Rituels de la nouvelle lune" ( http://eu.wowarmory.com/item-info.xml?i=45852 )



En terme d'organisations antérieures de rencontres, pour éclairer un peu le potentiel de la trame, quelques liens.

Une première invitation HRP de Terdein/Arnis :

http://mortsure.superforum.fr/relations-exterieures-f2/event-rp-jcj-avec-le-trident-t1911.htm


Un compte-rendu de notre première rencontre MortSûre / Trident du Fou :

http://mortsure.superforum.fr/relations-exterieures-f2/face-au-trident-t1948.htm


Comme je l'avais dit, ils savent écrire et rendre une rencontre lourde de significations RP. Avec un début pareil, ce serait un régal que de continuer.


Dernière édition par Rälkezad le Mer 07 Juil 2010, 13:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rälkezad

avatar

Messages : 3317
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 36
Localisation : Midi-Pyérénées

MessageSujet: Re: [JcJ-JdR/Public] Par les Ténèbres.   Mer 07 Juil 2010, 13:23

Terdein va devoir intervenir. Sa disparition est peut être passée inaperçue pour les matelots récemment montés à bord, mais les anciens se demandent - RP parlant- peut-être encore, parfois, ce qu'il est advenu de leur ancien officier, perdu lors d'une quête dans les Forêts des Pins Argentés.

Il faut savoir que nous affrontions cette nuit-là des Vampires de chez MortSûre, lesquels s'étaient abattus sur nous à trois reprises, nous mettant en déroute dans notre quête d'informations sur les liens que Terdein devinait entre Arugal et le Fou, ce mystérieux capitaine du Trident, que personne ne se rappelle avoir jamais vu sur notre pont.

A la troisiéme escarmouche, non loin des remparts lugubres de l'Ancien Royaume de Gilnéas, alors que nous semblions sur le point de périr face aux créatures de l'Alliance, nous réussîmes à prendre la fuite, mais Terdein ne parvint pas à nous suivre et n'a pas reparu depuis.

Qu'est-il advenu de lui ? A-t-il péri sous les lames et les crocs des créatures humanoïdes de MortSûre ? A-t-il de nouveau perdu la mémoire et erre-t-il dans ces bois maudits et hantés par les bêtes de la nuit d'Arugal ? Ou a-t-il dans sa fuite trouvé un moyen d'entrer dans le Royaume Interdit de Gilnéas ? Ces derniers temps, les rares hardis ou fous à s'être approchés des sinistres et infranchissables murailles rapportent que de terribles hurlements, semblables à ceux de loups mais à la fois plus glaçants retentissent au delà des terres fermées.

Une chose est certaine : l'équipage du Trident du Fou n'a que trop tardé à se mettre à la recherche de Terdein, le premier officier supérieur que le Trident a connu. Les recherches vont désormais s'organiser.




Terdein avait réagi à l'époque comme suit :


Citation :
Du JdR sombre.
Basé sur l'une des trames JdR du Trident : la recherche d'informations sur le Fou.
Avec des personnages mystérieux : le Fou, Terdein, Rinhag, Vent de Falla, Arugal...
Une intrigue au coeur du surnaturel : vampires, loups garous, mage déchu de Dalaran, Worgen...
Mystique avec des notions de l'Ordre, du Chaos et de la voie de l'Equilibre.


Aucune vérité éclatante, il faudra se contenter de petits éclairages où la lumière lutte au coude à coude avec l'ombre.

Si un projet finissait pas se former sur une telle base ça pourrait être sympa : je pense qu'il y a matière.

Pour les curieux, quelques liens couvrant au moins en partie le sujet :

Chroniques de Terdein et Arnis, extraits ( http://letridentdufou.forumactif.org/histoires-d-equipage-f8/terdein-arnis-t8.htm ).
Génèse ( http://letridentdufou.forumactif.org/histoires-du-trident-et-du-fou-f9/genese-de-vagues-souvenirs-et-un-re-depart-t13.htm ).
Apparition de Rinhag ( http://letridentdufou.forumactif.org/histoires-du-trident-et-du-fou-f9/un-loup-pour-intermediaire-t51.htm ).


Il y a certainement des oublis.

P.S. : Bien que l'intrigue implique, au départ, mes personnages cette trame n'exclu personne voulant s'y investir.
Je considère une part de l'histoire de Terdein comme étant "en partie publique" d'autant plus que le type de scénario ne permet pas de vérité absolu et que je pourrai, si j'en avais envie, me réaproprier son historique en réfutant en partie ou totalité ce qui a pu lui être attribué.
Du style : "Non non, en fait il s'est cassé la jambe en courant en haut des falaises et voulant poursuivre son chemin malgré son handicap il a fini par tomber du haut des récifs et a (re)perdu la mémoire !! Oui c"est ça : il est encore tombé sur la tête."




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rälkezad

avatar

Messages : 3317
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 36
Localisation : Midi-Pyérénées

MessageSujet: Re: [JcJ-JdR/Public] Par les Ténèbres.   Mer 07 Juil 2010, 13:24

Je lance le premier texte JdR qui crée la "Croisée des chemins" pour les corsaires du Trident du Fou. Elle scinde en deux la Trame principale, qui est la "Saga des Mers du Sud".



Une nuit sur le pont du Trident du Fou :




Arnis avait commencé à oublier depuis combien de temps il était retourné sur le Trident du Fou pour servir en tant qu’officier en second. C’était l’une des sensations qui disparaissait en premier, lorsqu’on devenait matelot du Trident du Fou, la sensation du temps qui passe.

Est-ce que certains matelots se rendaient seulement compte des années qu’ils avaient passé à briquer le pont, hisser les voiles, scruter l’horizon, leurs cheveux s’imprégnant de sel, leurs yeux s’habituant peu à peu à discerner chaque aspect de la houle ?

Parfois, les combats se faisaient rares. Parfois, le Trident du Fou entrait dans un période irréelle et hors du Temps.

Entre chaque arrêt dans un port ou un autre, la vie ne semblait alors plus qu’une parenthèse au milieu de l’immensité des océans et des Mers du Sud. A moins que ce ne soient les escales qui devenaient irréelles, tous ces gens différents, inconnus, bavards, inutilement frénétiques, toutes ces couleurs qui blessaient les yeux…

Même lorsqu’ils faisaient de l’eau sur la côte ou qu’ils découvraient une cache de contrebande, le temps ne reprenait pas toujours ses droits sur eux. Il leur arrivait de ne croiser personne pendant des semaines, de se servir dans des provisions d’étrangers et de pirates sans avoir rencontré âme qui vive.

Dans ces moments, même les mousses et les pieds tendres apprenaient plus vite. La moindre parole claquait dans les éléments et répondait à un besoin. Or il arrivait que des heures passent sans qu’un mot n’ait besoin d’être échangé.

Dans ces moments-là, au cœur des murmures incessants de l’eau, des choses étranges pouvaient se produire. Des voix prononçaient des paroles que certains entendaient et d’autres non.

Certains ne résistaient pas et se mettaient à chanter un air ou un autre pour ne pas devenir fou. Si un compagnon avait de la sympathie pour le chanteur, un tambourin ou une guimbarde se joignait au chant, pour apaiser l’angoisse ou la peur.

D’autres encore aimaient sentir monter la folie, comme un verre d’alcool brûlant qui pouvait déborder ou l’ivresse bien après les derniers verres de trop. Quoi de plus désirable que de devenir fou sur son Trident ? Une légende colportée parmi les plus anciens matelots voulait que le Fou fût en fait incapable de s’exprimer à une personne saine d’esprit, que seul un matelot pris de folie pouvait entendre ses ordres ou ses conseils.

Le Trident avait perdu de la sorte trois matelots ; deux avaient disparu en pleine nuit, sans que le moindre signe de ce qui avait pu se produire ait été perçu. Un autre avait pris ses armes et s’était rué sur l’officier Sanivar par un de ces après-midi suffocants qui faisaient blanchir le pont comme le squelette d’un monstre marin. Woden avait du le sabrer sur le pont, devant les autres matelots. Un mousse avait passé le reste de l’après-midi à briquer le pont sous le regard du Timonier, qui avait gardé sa lame appuyée au rebord de la barre.

***

Arnis des Pitons du Tonnerre, qui avait toujours été en phase avec les cycles de la Nature était plus que tous les autres sensible à l’entrée dans ces périodes hors du Temps.

Il savait trop bien ce que ces périodes annonçaient. L’œil du cyclone. Le calme avant la tempête. L’heure du Fou.

Son sommeil devenait plus léger, il entendait plus que les autres également les chuchotements du Fou, sans même les rechercher.

Après l’heure du Fou, l’heure du Loup.

Arnis se réveilla en sursaut, le corps glacé. Il était paralysé sur sa couche. Le halètement d’un Worg résonnait dans sa cabine.

Immédiatement, le halètement se tut. Arnis put enfin se relever. La porte de sa cabine était entrouverte, l’odeur des côtes des Tarides, un mélange de poussière et d’herbes sèches lui montait au nez mais il y avait aussi autre chose.

La lune était gibbeuse ascendante et le pont était éclairé comme en plein jour. Arnis passa devant un matelot endormi devant la porte du quartier des officiers. Un autre matelot, endormi lui aussi, était affalé sur la barre.

Il était là. Lui. Le Capitaine. Avant qu’Arnis ait pu ouvrir la bouche, un chuchotement siffla :

« Laisse dormir l’équipage. Ils sont de permission hors de ce monde. C’est à toi que je souhaite parler, Druide.

Après vous être divertis en Tanaris, vous ferez voile vers le Creux de la Côte Nord, aux Pins Argentés. Tu t’es longtemps demandé pourquoi je ne donnais pas le signal pour t’autoriser à chercher Terdein aux Pins Argentés, quand tout indiquait que c’était là-bas qu’il vous faudrait pister sa trace. Tu en as même laissé de côté tes recherches et tu t’es occupé à la guerre.

Sache que le temps de l’attente est fini. Tu retourneras bientôt au Donjon de Fenris, Arnis. De là, tu suivras la piste du Sang. Sache que seuls ceux qui endosseront ton Mal pourront te suivre. Les autres ne sauraient se joindre à ta quête.

Ne te trouble pas, le Mal sait choisir son porteur. J’ai toute confiance en lui.

_ Qu’est-il advenu de Terdein ? Que ferait-il sur l’Île de Fenris ?
»

Mais le Fou s’en était allé. Les cris du Tauren avaient réveillé les matelots, qui reprenaient leurs postes respectifs.

« Vous ne dormez pas, mon Officier ? » demanda le matelot Whestiane de sa voix râpeuse.

« Si, j’y retourne ; demain la journée sera longue. De durs combats nous attendent à Tanaris. Gardez l’œil ouvert, matelot.

_ Pour sûr ! On dirait que nous sommes sortis de la mélasse, hein Officier Arnis ? Avant un combat, on se sent plus vif que jamais.

_ Oui, c’est souvent comme cela après une de ses visites…

_ Mon Officier… ?

_ Laissez tomber. Dites au matelot de barre de garder le cap Sud-Sud-est toute la nuit. Je souhaite arriver sur la Plage des Déferlantes au petit matin, mais sans avoir à longer trop longtemps les côtes. Les gobelins sont nerveux ces derniers temps.

_ A cause de Théramore… ?
» lança Whestiane.

Arnis s’était déjà engagé dans le quartier des officiers mais il se retourna et pensa au drôle d’oiseau noir qui n’avait pas arrêté d’essayer de lui piquer les doigts.

_ « C’est cela, matelot… »


Demain serait une dure journée. Mais les jours qui suivraient ne le seraient pas moins. Le trajet serait long avant d’atteindre les côtes des Pins Argentés.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rälkezad

avatar

Messages : 3317
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 36
Localisation : Midi-Pyérénées

MessageSujet: Re: [JcJ-JdR/Public] Par les Ténèbres.   Mar 17 Aoû 2010, 07:01

Le Pacte de la Nouvelle Lune :



Rälkezad ignorait les cris de terreur et les suppliques des victimes, il émergeait des fumées du champ de bataille, plusieurs goules autour de lui. Nul ne survivrait sur son chemin de mort…

Dans sa tête, un sentiment de vide et de froide satisfaction. Et de puissance.

Le Chevalier de la Mort se réveilla en sursaut et il lui fallut de longues minutes passées à écouter les bruits de l’océan avant de se persuader qu’il ne servait plus le Roi-Liche. Que cette période de son existence était révolue, qu’il ne connaîtrait plus ce sentiment de vide, d’invulnérabilité, de puissance… Les visions des batailles dont il était sorti victorieux se dissipèrent. L’odeur de fumée fut remplacée par celle de l’iode. Et le goût de la défaite emplit sa bouche d’une humeur bilieuse.

Le Chevalier tourna lentement la tête vers la porte de la cabine. De ses orbites glacées jaillissait la colère. Son visage se crispa comme les images de la dernière bataille contre les pirates lui revenaient en mémoire.

Il était resté au Port Gentepression avec quelques-uns de ses compagnons. Arnis les avait disposés là, pour intercepter un éventuel messager des pirates qu’ils s’apprêtaient à attaquer. Si un coursier de Pavillon Noir avait la mauvaise idée de s’arrêter ici, il ne serait pas déçu de la halte.

Accoudé à la petite muraille de pierre, il regardait avec suffisance celui dont il savait qu’il était porteur du message que Cameron, l’Ennemi, voulait sans doute transmettre. Le lieu de mouillage de son navire…

Ses compagnons étaient attablés avec autant de suffisance à la terrasse de la gargote de front de mer, leurs armes posées sous la table.

Alors, viendraient-ils ? Se jetteraient-ils dans le piège tendu par le Trident et leur mystérieux informateur ?

A la plage des Gréements le combat avait déjà du commencer. Peut-être était-il même déjà fini. Pris par surprise, les pirates qui entouraient Cameron ne devaient pas avoir posé de difficultés.

Quant aux Pirates des Mers du Sud, ils s’enfuiraient sans demander leur reste, sans hésiter à trahir leurs « frères pirates ».


Rälkezad avait été tiré de sa rêverie par le bruit d’une table renversée ; ses compagnons brandissaient leurs armes mais il était déjà trop tard. Les pirates n’étaient pas venus de la Mer mais ils étaient entrés subrepticement dans le port par la terre. Le combat était perdu avant de commencer et l’ennemi, en surnombre, les prenait de cours.
Rälkezad criait « Retraitez ! Corsaires, préservez vos vies ! Rendez-vous aux ruines ! »

Ils se frayèrent tant bien que mal un chemin jusqu’aux ruines ; les pertes étaient terribles. La dernière vision du Port Gentepression que le Chevalier de la Mort garderait serait celle de l’un des corsaires, abattu avant même de s’être rendu compte que le combat commençait, une tige de bois dans le dos, un verre intact dans la main et la tête posée sur la table.

Aux ruines d’Ombres-du-Zénith, d’autres marins du Trident les accueillirent, certains cruellement blessés. Seuls ceux qui avaient été en mesure de courir vite en avaient réchappé.

Arnis échangea avec Rälkezad un regard sombre. Son visage était parcouru d’une profonde cicatrice encore suintante. Un autre corsaire se faisait bander son visage entièrement et la gaze rougissait à vue d’œil. Idem la guérisseuse tremblait alors qu’elle essayait encore une fois de refermer une plaie sur le cou de l’un de ses compagnons.

Arnis n’avait pas eu besoin de dire qu’ils avaient essuyé une lourde défaite. La cuirasse d’Angellu était fendue en plusieurs points, un liquide noirâtre en coulait. Plus loin, certains des combattants de la Sombre Assemblée qui avaient tenu à accoster au port Gentepression se tenaient réunis ; ils avaient encore le regard farouche mais ils savaient eux aussi que ce jour ils ne connaîtraient pas la victoire.

« Comment était-ce possible ? » se demandait avec consternation le Chevalier de la Mort. « Nous ne pouvions que vaincre. Avons-nous été trahis ? Mais par qui ? »

Rälkezad n’eut pas le temps de se poser d’autres questions ; les veilleurs annonçaient l’arrivée prochaine des pirates, qui leur donnaient la chasse comme s’ils avaient décidé d’en finir avec le Trident.

Rälkezad regarda les blessés, dont l’état de certains empirait à vue d’œil. Il échangea avec Arnis un autre regard…


***


Les orbites du Chevalier de la Mort s’éteignirent ; combien de ses camarades gisaient à présent sur le sable des ruines d’Ombres-du-Zénith ? Leurs dépouilles serviraient de pâture aux vautours et aux bêtes du désert et des montagnes, qui descendraient pendant la nuit.

Le Trident se remettrait-il de cette défaite ? Ils avaient été à peine assez nombreux à reprendre la Mer pour pouvoir manœuvrer le Trident. Les membres endoloris de l’équipage ce soir-là montrèrent combien de matelots manquaient à l’appel.


Maintenant, les heures sombres amenaient de nouveau les questions. Auraient-ils connu la défaite si la Puissance du Roi-Liche l’avait encore soutenu ? Leur défaite avait-elle été programmée ? Un traître se tenait-il parmi eux ?

Ou se tenait-il parmi ceux de l’équipage qu’ils s’apprêtaient à récupérer sur l’Île de la Dispute. Un grondement sortit de la gorge du Chevalier. L’Île allait-elle mériter son nom ?

La nuit était bien avancée et Rälkezad refusait obstinément d’accepter la défaite ou la torpeur.

C’est alors qu’un autre souvenir, brumeux, lui vint ; une autre nuit… une autre défaite, contre les créatures des forêts des Pins Argentés cette fois, en un temps où il n’était qu’un Réprouvé comme tant d’autres, mais déjà corsaire, sur un autre navire. Le souvenir se précisa, celui de la morsure, des compagnons tombés sous les crocs, d’une ferme hantée…

Le mot ! Oui, le mot qui avait enfermé la bête pouvait le délivrer. Il ne l’avait jamais connu lui-même, ou bien l’avait-il oublié ? Un antique langage, redécouvert par un mage déchu, aujourd’hui entouré de bêtes.

Une nouvelle force ! Voilà ce dont avaient besoin ses compagnons. Voilà ce qu’il apporterait à ses nouveaux frères. La puissance du Roi-Liche rendait esclave, mais celle des Worgens pouvait encore apporter la force qui manquait au Trident.

Arnis savait des choses. Des choses qu’il refusait de dire, même à la table des officiers. Lorsqu’on en venait à parler de Terdein, le Second disparu, le druide se mettait à marmonner des paroles inintelligibles et à se passer la main sur le visage. Il parlait de prix à payer plus terrible qu’on ne l’imaginait, de pacte qui coûtait plus que ce que l’on pouvait vouloir payer…

Mais les druides étaient timorés quand il s’agissait de puissance. Quel prix plus terrible à payer pouvait effrayer un Combattant d’Achérus arraché aux griffes du Roi-Liche ? Les druides étaient plein de préjugés… contre-nature ? Quel être pouvait être plus contre-nature qu’un Réprouvé relevé Chevalier de la Mort ?

Rälkezad se leva complètement de sa couche et ouvrit brutalement la porte, exalté par un son qu’il n’avait pas entendu depuis longtemps. Si Arnis ne voulait pas montrer le chemin, alors Rälkezad n’hésiterait pas, lui.

Ce n’était pas sur l’Île de Fenris que Rälkezad trouverait les réponses, mais bien à Ombrecroc ! Il forcerait le Mage à prononcer le mot. Alors Rälkezad libèrerait la Bête. Et le Trident trouverait une nouvelle source de puissance, à même de balayer ses ennemis !

Rälkezad sortit et monta sur le pont. Quelqu’un riait à gorge déployée sur le pont supérieur. Quel pouvait être le matelot dément qui riait de la sorte, une nuit de deuil comme celle-ci ?

Mais sur le pont, aucun membre d’équipage ne riait. Une torpeur semblait être tombée sur les veilleurs. Le Chevalier de la Mort tournait son regard vers tous les coins sombres, mais nulle trace du rieur.

Aussi soudainement que le rire avait retenti, il s’éteignit.


***


Sur sa couche Arnis ouvrit brusquement les yeux dans le noir.


***


En un autre lieu, un vieillard laissait porter son regard au-delà de la statue tutélaire, vers le large, un goût de sang dans la bouche et des voix plein la tête.












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rälkezad

avatar

Messages : 3317
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 36
Localisation : Midi-Pyérénées

MessageSujet: Re: [JcJ-JdR/Public] Par les Ténèbres.   Mar 17 Aoû 2010, 07:04

Quelques jours plus tard, alors que le Trident du Fou se rapproche des côtes des Royaumes de l'Est...


Une grande carte des côtes des Royaumes de l'Est était étalée sur le table de réunion. Quelques parchemins de plus petite taille étaient disposés à certains endroits bien précis, comme des mises à jour récentes.

Le Chevalier de la Mort prenait ses marques dans la cabine des officiers, il avait déjà à moitié gelé un des sièges qui n'allait pas tarder à lui être attribué de facto.

_ "C'est une situation qu'il ne me semble pas prudent de prendre à la légère.

Bientôt les côtes d'Austrivage seront à ce point sécurisées par les supplétifs de l'Alliance qu'il deviendra hasardeux de faire halte tant sur le rivage occidental que sur le rivage oriental.

Nous pourrions en venir à ne plus pouvoir faire de l'eau à Moulin-de-Tarren, il nous faudra nous rabattre sur le Sépulcre bien plus loin, ce qui restreindra considérablement nos options logistiques. De plus, Le Sépulcre n'a pas les mêmes capacités que Moulin-de-Tarren (la carte sur laquelle il pointait le doigt montrait les différents points de réapprovisionnement en eau du Trident).

Si cette tendance venait à se confirmer, nous paierions cher notre expectative.

Il n'y a pas si longtemps, j'aurais proposé de frapper fort, à Austrivage même ! Nous aurions pu leur donner un signal clair et leur montrer que se livrer à l'escalade dans la militarisation des côtes ne leur sert à rien sinon gâcher des ressources. Mais pour cela, il nous aurait fallu intervenir avant la défaite de Tanaris. Aujourd'hui nous ne pouvons selon moi que subir la situation.


Je puis moi-même me rendre à Moulin-de-Tarren afin de faire le point avec les forces de Fossoyeuse, car j'y ai laissé des affaires en suspens ces derniers temps. J'entretiens de bonnes relations avec les nécrogardes de l'endroit, ils ne me cacheront pas l'évolution de la situation.."








Dernière édition par Rälkezad le Mar 17 Aoû 2010, 07:21, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rälkezad

avatar

Messages : 3317
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 36
Localisation : Midi-Pyérénées

MessageSujet: Re: [JcJ-JdR/Public] Par les Ténèbres.   Mar 17 Aoû 2010, 07:12

Après avoir dépassé Stromgarde, les officiers du Trident ont fait débarquer un petit groupe de corsaires afin de prendre la mesure de la situation à Moulin-de-Tarren.

Deux jours plus tard, dans la cabine des officiers, Rälkezad faisait son rapport
:

"Messieurs (-Dame), je reviens de Moulin-de-Tarren, où un Chevalier du Fort d'Ebène m'a conté une bien étrange histoire. Il aurait croisé sur la grand'route un coursier d'Austrivage.

Après s'être embusqué, il a pu désarçonner l'humain et le questionner sur sa mission. Il s'avère qu'un groupe se faisant appeler la "Voile Pourpre" financerait sur ses deniers les récents travaux de fortifications que nous avons pu surprendre à Austrivage. Ils auraient également financé l'enrôlement de supplétifs et la livraison de nouvelles batteries et bouches à feu, utilisables tant vers la mer que vers la terre.

Ces pièces d'artillerie proviendraient directement de Forgefer, où des commandes récentes commencent à être honorées et livrées aux quatres coins d'Azeroth.

Le coursier n'a pas surcévu suffisamment longtemps pour en dire plus entre les mains du Chevalier d'Achérus.

Je vois là matière à nous inquiéter, pour les raisons que je vous ai déjà indiqué lors de notre dernière rencontre. Je suis de plus en plus partisan d'une attaque d'Austrivage dès que possible, avant la finalisation des travaux de fortification et la mise en place opérationnelle des pièces d'artillerie.

En outre, il me semble intéressant de commencer un enquête sur cette "Voile Pourpre", qui semble vouloir garder le secret sur l'identité réelle des bienfaiteurs de l'Alliance."


Dernière édition par Rälkezad le Mar 17 Aoû 2010, 07:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rälkezad

avatar

Messages : 3317
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 36
Localisation : Midi-Pyérénées

MessageSujet: Re: [JcJ-JdR/Public] Par les Ténèbres.   Mar 17 Aoû 2010, 07:19


Entre Chiens et Loups :

Le Trident se rapprochait du Rivage Oriental des Contreforts de Hautebrande. Dans la cabine des officiers, des éclats de voix se faisaient entendre.

_ « Non, c’est hors de question, Timonier ! Vous ne savez rien du prix dont vous pensez que les autres sont prêts à le payer ! Vous…
_ Qu’en savez-vous ? »

La dispute cessa aussitôt comme les officiers Sanivar, Artifax et Woden entraient dans la cabine des officiers et observaient avec consternation les officiers Arnis et Rälkezad face à face, la table de réunion leur servant de ligne de démarcation.

_ « Qu’y a-t-il, Arnis ? » demanda Sanivar en s’approchant de la table qui séparait Rälkezad de l’officier en Second.

_ « Rien qui ne soit important, une différence de vue… rien qui ne doive retarder la réunion plus qu’elle ne l’est déjà ! »

Sanivar adressa un regard de reproche à Arnis. Depuis leur dernière bataille contre les pirates à Tanaris, une atmosphère pesante semblait s’être abattue sur le Trident, comme une brume invisible qui rendait les marins irritables. Et suspicieux. Les secrets semblaient proliférer et les officiers eux-mêmes semblaient en avoir les uns pour les autres.

Chaque membre d’équipage était important, tous se devaient de participer à la manœuvre du vaisseau, tant les pertes avaient été conséquentes. Les réunions entre officiers devaient attendre la fin de l’une de ces manœuvres, et cela se ressentait sur l’organisation générale.

_ « Comme je vous l’ai dit, notre chasse secrète reprend, » reprit sur un ton plus doux Arnis lorsque Woden referma la porte de la cabine.

Rälkezad se tourna pour allumer une bougie supplémentaire qu’il tendit à Artifax. Ce dernier essaya de croiser son regard mais le Chevalier de la Mort se retourna brusquement.

_ « Le Fou s’est prononcé. Nous devons reprendre là où nous avons échoué la première fois. Dans la forteresse de l’Île de Fenris. La bibliothèque. Nous devons retrouver le manuel écrit jadis par un jeune mage de Dalaran…

_ Arugal !... » s’exclama Artifax.

_ « Il n’est pas certain que le manuel porte sa griffe. Ce qui est certain en revanche, c’est que nous serons une fois de plus attendus. Les créatures qui nous ont attaqué cette nuit... »

Dans la cabine les lumières baissèrent, certains des officiers jetèrent un coup d’œil dans les ombres qui avaient semblé s’épaissir.

_ « Rien ne nous permet de penser qu’ils auront relâché leur surveillance de cette forteresse. Il nous faudra malgré tout nous y introduire et en ressortir avec le manuel. Ce n’est qu’après cette mission accomplie que nous pourrons tenter de retrouver la trace de Terdein.

_ S’il est encore en vie ! » s’exclama Sanivar. « Tu as parlé d’un pacte que tu aurais été contraint de passer pour qu'il en réchappe. Il a franchi les murailles près des camps de réfugiés, poursuivi par les vampyrs, d’après ce que tu as perçu.
Qui nous dit que le pacte que tu as passé lui a réellement permis d'en réchapper ? Je m’y connais en pactes », poursuivit la démoniste, « et certains ne devraient pas être conclus légèrement, car ce sont des pactes de dupe ».

_ « Qui dit que le Pacte a été conclu légèrement ? » s’emporta Woden. « Terdein mérite que des prix soient payés ; il était le plus sage de nos officiers. Avec lui nous n’avons jamais été défaits comme… »

_ « Vous oubliez un détail » coupa Artifax. « Nos réserves en vivres et en eau sont quasiment épuisées. Nous serons obligés de refaire provision de bouche et d’eau avant de franchir la corne de Gilnéas. Notre seul point de ravitaillement stable passe par une halte à Moulin-de-Tarren... »

_ « Austrivage nous est fermée désormais. Les fortifications ont été considérablement renforcées depuis quelques semaines. Des canons ont été mis en batterie, selon les contacts de Fossoyeuse. Rälkezad a reçu les mêmes informations de la part de l’un de ses frères d’arme ».

Rälkezad approuva sombrement.

_ « Il nous faudra livrer combat pour refaire de l’eau, même pour en faire le minimum avant d’atteindre Le Sépulcre par les plages du Défilé du Nord, où nous avons l’habitude de mouiller.

_ Nous battre de nouveau, si tôt après le massacre de Tanaris… » Woden hocha la tête d’un air dubitatif : « nous aurons besoin d’alliés. Nos forces ne seront pas suffisantes pour faire diversion si nous mouillons sur le rivage oriental. Nous serions vulnérables à une patrouille. Nous ne pouvons pas embarquer des vivres et de l’eau et nous battre en même temps, cela sous le regard de la garnison d’Austrivage ».

Arnis haussa les épaules : « nous n’avons pas le choix. C’est décidé. Nous ne mouillerons pas sur le rivage oriental. Nous accosterons directement sur les quais d’Austrivage et ferons feu de toutes nos batteries. Nous détruirons les ouvrages encore frais...

_ Tu penses prendre d’assaut Austrivage avec la poignée de combattants qu’il nous reste ? » s’exclama Sanivar. « Es-tu devenu fou, Arnis ?!

_ Non ; nous ferons appel à nos alliés Sin’Doreï, à ceux de la Sombre Assemblée, nous demanderons même l’aide de Moulin-de-Tarren s’il le faut, mais nous triompherons !

_ Mais pourquoi attaquer Austrivage de toute manière ?

_ Parce que nous ferons de l’eau à Austrivage même. Le produit du pillage nous servira de vivres. Ce sera tout, messieurs –dame. »

Arnis signifiait que la réunion était finie. Déroutés, les officiers s’en allèrent les uns après les autres par la porte qui menait au pont. Sanivar trainait en rangeant la carte des criques des pins Argentés.

_ « Oui, Sanivar ?

_ Qu’est-ce qui te prend Arnis ? Pourquoi passer en force ce coup-ci entre tous ?

_ Regarde l’équipage, officier en Second. Ils sont démoralisés par ce qui s’est produit à Tanaris. Certains pensent même à des expédients dangereux…

_ Tu parles de Rälkezad ? Qu’a-t-il dit qui t’ait mis en colère ?

_ N’en parlons pas, veux-tu ? Le fait est que je préfère les dresser momentanément contre moi en ordonnant cette bataille alors que certains ne se sont pas encore remis de Tanaris. Mais j’ai certaines informations qui me donnent à penser que la victoire est possible. Les volontaires afflueront lorsque la rumeur de notre exploit aura atteint Orgrimmar. Nous devons effacer Tanaris de notre mémoire ! Le plus tôt sera le mieux. Alors l’équipage oubliera qu’il était réticent à l’idée de prendre Austrivage à l’abordage.

_ Comme tu le dis, nous prenons Austrivage à l’abordage. Et si nous échouons ? N’as-tu jamais eu peur de perdre le Trident, Arnis ?

_ C’est parce que nous risquerons de perdre le Trident que nous gagnerons. Il nous faut vaincre avant d’affronter l’Île de Fenris. Je sens qu’il nous faudra être de nouveau unis ou payer un prix terrible une fois dans le pays des bêtes et des maudits…

_ Très bien. Nous allons contacter nos alliés. »







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rälkezad

avatar

Messages : 3317
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 36
Localisation : Midi-Pyérénées

MessageSujet: Re: [JcJ-JdR/Public] Par les Ténèbres.   Mar 17 Aoû 2010, 07:24

Loin de là, dans un lieu sombre ... les pierres grises soutenant les impressionnantes voutes de la salle, au dessus d'un sol dallé usé par plus que des siècles de passage .... Au milieu, une longue table en bois travaillé est éclairée par un chandelier d'argent. On ne distingue pas les alentours de la table. Un homme assez grand, costaud, la barbe et la chevelure fournies et grisonnantes, s'avance vers la table. Il est en armes, et pose son heaume sur un coin de la table, pour s'avancer au milieu de celle-ci, et y déplier une grande carte parcheminée représentant les Royaumes de l'Est. C'est alors, lorsqu'il relève la tête, que l'on distingue à la brève lueur d'une flamme son regard gris-vert se posant sur l'obscurité, de laquelle sortent silencieusement plusieurs formes s'avançant simultanément pour entourer la table.

" Nous avons perdu un coursier. Je ne sais encore pour quelle raison, les Royaumes restent des terres dangereuses pour qui est imprudent. Puisse la Lumière veiller sur lui. "


Le paladin reprend ...

" Ils ne tarderont pas à se manifester, les nouvelles commandes commencent déjà à être installées, Austrivage n'est que le début ... les populations se réjouissent, même la garde de Theramore a aidé à l'installation des canons dans la nouvelle tour. La voile pourpre a le soutien de tous, et ne leur coûte rien. Nul doute que les flibustiers de tout poil ne désarmeront pas ... pas tout de suite du moins. Nos moyens n'ont quasiment aucune limite, et pour nous les siècles ... sont des années. Ils vont payer cher de leur sang les affronts qu'ils font à ceux de l'Alliance ... "

Sur cette dernière phrase prononcée d'un ton emporté, le paladin laisse entrevoir ses crocs dans un rictus de colère, lui donnant une apparence sombre et terrifiante pour celui qui n'en avait pas l'habitude.

Relevant la tête du dessus de la carte marquée de diverses annotations sur les comptoirs de a voile pourpre, il s'adresse à ceux qui l'entourent.

" Nous sommes frères et soeurs, par et dans le sang .... ma voie n'est pas la vôtre, mais la situation nous unit au delà de nos turpitudes politiques, comme nous avons toujours su le faire quand il le faut. Avez-vous quelquechose à ajouter ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kardenaar/Bargold



Messages : 2
Date d'inscription : 17/08/2010

MessageSujet: Re: [JcJ-JdR/Public] Par les Ténèbres.   Mar 17 Aoû 2010, 14:44

HRP/ Zut je me rend scompte que la réponse RP que j'ai posté à Strear dans "Provocations" , j'aurais peut-être du directement la poster ici. Dans le doute je poste directement ici un autre texte qui lui résume un peu les interactons mortsure/trident et le problème des worgens, du point de vue d'un personnage membre de Mortsure mais non mordu : un paladin draeneï du nom de Bargold. /HRP


Mémoires de Bargold. tome 7


Quelque soit le succès ou non des actions que j’ai entreprises et l’évolution de la situation, je me dois de consigner ici dans ce mémoire tout ce que j’ai pu apprendre au sujet de cette race de créatures, généralement désignées sous le nom de worgen, et qu’au sein de Mortsure, que j’ai à nouveau rejoint, nous appelons lycans. Je ne reviendrai pas ici sur ce que sont très exactement les worgens, plusieurs ouvrages de la bilbliothèque d’Hurlevent définissent très précisément ces créatures, leur origines et comment le mage fou Arugal les a introduit dans ce monde. Non mon objectif à travers ses mémoires est de parler de ce que tous ignore, ce que seul notre organisation secrète a pu découvrir dans l’ombre, les forces et parties en présence, afin que si je vienne à mourir, les connaissances consignées dans ce mémoire s’ajoutent à celles existant déjà et permettent à ceux qui entreront en possession de ce volume de faire toute la lumière sur cette ténébreuse affaire.

Si certains pourraient s’étonner et douter des informations révélées dans ce chapitre, qu’ils n’oublient pas la nature très particulière des membres de la guilde Mortsure et les faits consignés dans le chapitre 5 du tome 3, à cela il convient d’ajouter ceci : Les lycans, tels que nous les nommons dans la guilde, ont toujours représenté une menace pour les mordus. Comme si ces deux natures, si étrangement semblables dans leur anormalité, s’excluaient l’une l’autre, comme deux frères s’affrontant pour la possession d’un même trône. J’avais rejoint Mortsure pour qu’ils m’aident dans ma guerre et qu’en retour je mette mes forces à leur service dans les leurs, très vite j’appris que par leur nature même les "enfants" d’Arugal étaient des sortes d'ennemis héréditaires.

Arugal… Ce nom même était synonyme de menace, n’avait-il pas contaminé un des mordus les plus puissants du symptôme affectant ses enfants, le nain et conseiller Poudrenoire ? Comme tout un chacun nous pensions pourtant que cette menace appartenait au passé, qu’Arugal était mort et que sa folie ne pouvait plus enfanter d’autres horreurs en ce monde.

Mais nous avions tort.

A l’époque le Prince de Mortsure, la plus haute autorité de la guilde siégeant à la tête du conseil, se nommait Nosférian, mais le conseiller Hippocrate jouissait déjà d’une large influence. Tous deux vinrent à apprendre qu’Arugal n’était peut être pas si mort que nous le pensions. Des rapports fragmentaires nous apprirent peu à peu qu’une nouvelle infection de worgens était apparue au Norfendre dans les Grisonnes, plus particulièrement dans l’île de la lune sanguine.

Une expédition fût alors soigneusement préparée par notre organisation pour voir si ces informations étaient avérées et , en ce cas, en finir une fois pour toute avec ce fou et ses « enfants ». Nous avons bien repéré la présence de Worgens sur l'île en question, et là-bas au sommet d'une tour fortifiée se tenait Arugal ! Etait-il ressuscité ? Tout nous conduisait à penser qu'il s'agissait bien du même, ne serait-ce que par l'autorité absolue qu'il avait sur les worgens peuplant l'île et la tour. Certains d'entre nous emportés par leur fureur s'étaient déjà rué à l'assaut de la tour, dans le feu de l'action nous luttâmes pour atteindre le seigneur des worgens et débarrasser le monde de cette menace une bonne fois pour toute.

Mais alors que nous menions l'assaut, une groupe de combattants, tous appartenant à la horde, visiblement des pirates, sont venus soutenir les worgens dans leur effort de défendre Arugal. Nous prenant à revers, ils auraient pu compromettre le succès de notre expédition, heureusement en les repoussant et nous barricadant à l'intérieur de la tour, nous avons pu être assez rapide et éliminer le sorcier fou. Par la suite alors que nous quittions la tour, le groupe de pirate nous a attaqué une seconde fois, le combat fût âpre et difficile, plusieurs d'entre nous ayant été blessés lors de la confrontation contre Arugal mais finalement nous parvinrent à leur échapper.

Depuis un certain nombres de questions sans réponses font l'objet de recherches de la part de la guilde, nous avons réussi à obtenir le nom de cette organisation qui est venue prêter main forte au sorcier fou, il se font appeler « Le Trident du fou »... Mais quel fou ? Arugal ? Mais pourquoi un équipage de pirate, tous appartenant à la horde, irait se mettre au service d'un mage humain ? Mais le sont-ils vraiment ? Est-ce lui le fou en question ? Est-il cette fois définitivement mort ? Ou celui que nous avons tué n'était-il qu'un autre leurre destiné à nous abuser ?

Le régime particulier des mordus leur impose de souvent venir harceler les abords de Lune d'argent, la capitale de ces maudits elfes de sang, voire même d'y lancer des attaques-éclair. Or à plusieurs reprises les sin'doreis ont reçu sur place des renforts s'opposant à nos forces. Parmi ces renforts, nous pûmes clairement identifier des pirates d'autres races de la horde, appartenant à cette organisation. Sont-ils là uniquement par désir de revanche suite à l'opération près de l'île de la lune sanguine ou ont-ils une raison bien particulière d'en vouloir à Mortsure ? Il faudrait que nous puissions arriver à capturer l'un d'entre eux pour obtenir des réponses à toutes ces questions.

Toutefois leur histoire et celle des worgens ne s'arrêtent pas là. J'ai évoqué dans le chapitre 9 les informations obtenues, du temps où je travaillais pour le Celes Arcana, sur l'épidémie ravageant le royaume de Gilnéas, infectant peu à peu tous ses habitants et les métamorphosant en Worgens. Cette inquiétante nouvelle est le fondement même de mon retour au sein de l'organisation Mortsure. Mes tentatives d'alerter les haut-commandements de l'alliance sur cette menace potentielle d'un second fléau menaçant de déferler sur Azeroth se sont révélées vaines. Personne ne veut rappeler le moindre de ses hommes du Norfendre quand la citadelle de glace d'Arthas est assiégée, et la victoire sur un si terrible ennemi, relativement proche. Le fléau du roi-liche obnubile leur conscience et ils refusent de retirer les forces mises en place pour lutter contre cette menace immédiate au profit de mesures de prévention contre un péril potentiel à venir.

J'ai donc rejoint Mortsure car je savais que je pourrais compter sur leur soutien face à cette menace, quand bien même les forces de l'organisation étaient, elles-aussi, engagées pleinement dans la lutte contre Arthas au Norfendre. Je ronge mon frein et je n'ai malheureusement plus aucun contact avec ma source d'information sur la situation à Gilnéas qui a mystérieusement disparue. J'ignore donc à cet instant précis ce qu'il en est derrière le mur de Grisetête, mais de ce que j'en savais sans intervention extérieure, il est fort probable que l'épidémie finisse par ravager tout le royaume.

Une autre nouvelle me préoccupe : les guetteurs les plus proches des côtes Gilnéennes ont bien identifié à plusieurs reprises, évoluant en direction des côtes de Gilnéas, un navire correspondant au vaisseau utilisé par les pirates du Trident du fou. Faut-il y voir un lien entre eux, l'infection Worgen, et peut-être Arugal ? Pourraient-ils être à l'origine de quelque chose aussi horrible qu'une telle épidémie ? Et à qui celle-ci serait censé profité ? Un Arugal revenu d'entre les morts ? La horde ? J'ai du mal à croire que leur chef Thrall puisse cautionner de telles méthodes... Mais cela ne me surprendrait pas de la part de ces ordures de réprouvés... Et si une armée de lycans entrait au service de la horde, les elfes de sang pourrait directement l'opposer aux mordus... Mais tout cela ne sont actuellement que de vagues conjectures. Nous manquons cruellement d'information et le mur de Grisetête est toujours aussi infranchissable. Reste l'équipement du Trident qui pourrait sûrement nous apprendre davantage si nous parvenions à capturer l'un de ses membres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rälkezad

avatar

Messages : 3317
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 36
Localisation : Midi-Pyérénées

MessageSujet: Re: [JcJ-JdR/Public] Par les Ténèbres.   Mar 17 Aoû 2010, 15:00

/Hrp :

Oui, c'est très bien ainsi, le tome 7 a sa place dans le sujet ; ainsi que la réponse à Strear d'ailleurs.

Ensuite il est vrai que le sujet "Provocation" va bientôt faire doublon, puisque j'ai repiqué les interventions de Strear pour les incorporer dans la trame principale que nous lançons avec vous. Donc, tu peux continuer à poster sur ce sujet sans soucis !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rälkezad

avatar

Messages : 3317
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 36
Localisation : Midi-Pyérénées

MessageSujet: Re: [JcJ-JdR/Public] Par les Ténèbres.   Dim 22 Aoû 2010, 13:14

Citation :
Suite à nos défaites...

Depuis nos deux dernières défaites face aux pirates du Pavillon Noir (aux Marécages d'Âprefange puis à Tanaris), l'équipage s'est considérablement amoindri, nos pertes furent énormes...

Nous recrutons toujours mais avons de moins en moins de temps pour cela, notre Second, guidé par notre mystérieux proporiétaire est à la recherche de quelque chose... ou de quelqu'un mais je n'en sais guère plus.

Je sais juste que nous mettons le cap sur les Contreforts de Hautebrande afin de nous réapprovisionner en eau... et certains disent que c'est Austrivage que nous allons attaquer... en tant que Matelot, ou même Chapelain je n'ai pas le droit de me prononcer sur des décisions stratégiques mais si nous attaquons Austrivage avec le peu d'hommes qu'il nous reste... je crains que nous ne courrions à notre perte.



Un poignard dans le noir.

Un malaise s'est installé sur le navire, l'atmosphère devient pesante, plus personne ne s'adresse la parole : Idem la plus bavarde des elfes présents sur ce navire ne m'a pas parlé depuis plus de 5 jours, même les officiers ne se parlent plus, les Seconds recherchent quelque chose...

Un mal s'empare de ce navire, je ne saurais déterminer sa sorte mais je sais qu'il attend, ici, tapi dans l'ombre, prêt à frapper...


Extrait des Mémoires du Chapelain Angellu Sanguinosu : A bord du Trident du Fou.


Dernière édition par Rälkezad le Dim 22 Aoû 2010, 14:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rälkezad

avatar

Messages : 3317
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 36
Localisation : Midi-Pyérénées

MessageSujet: Re: [JcJ-JdR/Public] Par les Ténèbres.   Dim 22 Aoû 2010, 13:50

FICHE TECHNIQUE : L'ABORDAGE D'AUSTRIVAGE




- Date : 29 août 2010 à 16h30 ;

- Lieu : Austrivage et proches environs ;

- Complexité de l’organisation : facile ;

- Effectifs des forces en présence : à déterminer ; entre 20 et 30 de part et d’autre ; déséquilibre acceptable 2 ou 3 joueurs ;

- Durée prévisible de la rencontre : une petite heure.



Phase n° 1 : La garnison d’Austrivage a été renforcée ces derniers temps par des supplétifs rémunérés par la Voile Pourpre, une organisation dont nous ne tarderons pas à entendre parler.

Les vampires de MortSure se doutent de l’imminence d’une attaque de la part du Trident du Fou. Cependant, ils ne connaissent pas encore exactement les plans du Trident ni le lieu précis que frappera le vaisseau-corsaire.
Les habitants d’Austrivage voient les préparatifs guerriers avec crainte. La plupart des résidents sont incités fermement à se comporter comme ils le feraient en temps normal. Les autorités civiles sont contraintes d’accepter le rôle qui leur est imparti. Laisser leur ville servir d’appât.

Dans le doute, les agents de la Voile Pourpre ont posté des membres de leur Phalanstère en embuscade dans Austrivage (de manière JdR, de préférence dans les bâtiments) et des éclaireurs à l’extérieur, tout le long de la côte orientale.

Les créatures de MortSure ne sont pas réellement ce qu’elles paraissent être. Ils n’agissent pas comme le feraient des pirates de Pavillon Noir. Leur intention est de traquer la menace que semble représenter le Trident, et de capturer un ou deux membres d’équipage, de préférence officiers, afin de déterminer après interrogatoire si une opération de nettoyage définitive doit être menée.


Phase n° 2 : Arnis des Piton du Tonnerre a décidé en son for intérieur de mener une attaque frontale contre Austrivage, en faisant feu de toutes les batteries de son vaisseau contre le bourg.

Il a sonné le rappel de ses alliés : Austrivage doit souffrir et ce combat ne doit pas être perdu.

Ses corsaires entreront par le quai d’Austrivage et commenceront les opérations de pillage (début du compte à rebours de 30 minutes) dès que ses alliés entameront des manœuvres de diversion aux alentours de la ville. Les corsaires ont interdiction de sortir d’Austrivage avant 30 minutes une fois le débarquement commencé.


La phase n° 3 : Les combats engagés, les éclaireurs de MortSure reviendront de toutes parts et seront autorisés à engager à leur tour le combat contre qui bon leur semblera.


Phase n° 4 : Les alliés du Trident ont interdiction de camper à l’intérieur d’Austrivage. Si les combats y font rage, ils peuvent entrer, puis quelque soit l’issue des combats, lorsque ceux-ci cessent, ils doivent en sortir. Ils forment un cordon autour d’Austrivage.

Si après 30 minutes de pillage les corsaires du Trident du Fou tiennent toujours la place, ils sont déclarés vainqueurs.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rälkezad

avatar

Messages : 3317
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 36
Localisation : Midi-Pyérénées

MessageSujet: Re: [JcJ-JdR/Public] Par les Ténèbres.   Dim 22 Aoû 2010, 13:59

Kardenaar, comme les autres conseillers de Mortsure, se tenait autour de la table et écoutait le rapport du paladin, surveillait ses indications. Si la bête en lui frémissait d'avance à l'idée du combat qui approchait, l'absence d'Hizoka et les faibles effectifs de ses crocs d'enfer le voyait arborer une expression soucieuse.

Finalement aprés les dernières paroles du paladin, il se mit debout autour de la table et décida alors de prendre la parole.

-"Nous en avons déjà discuté. Ces flibustiers représentent une menace que nous devons éradiquer. Et surtout nous avons besoin d'informations. Je ne crois guère aux coincidences : leur intervention lors de l'expédition sur l'île où s'était réfugié Arugal et les rapports signalant leur présence aux abords des côtes de Gilnéas... Ce même Gilnéas qui selon les dires de votre collègue draeneï serait ravagé par une épidémie transformant les habitants en worgens... Nous devons en savoir plus. Savoir ce que cette organisation a à voir avec tout ça et la menace qu'elle représente pour la nôtre."

Un bref instant il fit le tour des autres visages présents pour voir s'il avait bien résumé la situation et les motivations des mordus à intervenir face aux flibustiers du trident.

-"Nous ne pouvons les combattre sur la mer. Nous ne sommes pas équipés pour lutter sur ce terrain et pour avoir les mains libre nous devrions agir seuls. L'idéal serait de pouvoir les cueillir lors d'une escale de ravitaillement sur nos terres. Austrivage ou ses environs, ils devront surement mouiller dans les parages... Une fois que nos guetteurs les auront repéré, nous rassemblons un escadron. Une attaque-éclair. On s'arrange pour en garder un en vie afin de pouvoir l'interroger et on se nourrit des autres."

Le chevalier de la mort co-dirigeant des cros d'enfer esquissa un sourire sinistre découvrant ses canines à l'appétit mortel !

-"Les crocs d'enfer se seraient bien chargé seuls de cette mission, mais l'absence d'Hizoka, nos problèmes d'effectifs actuels... Bref, la raison m'oblige à reconnaître la nécessité d'une action conjointe de nos quatre lignées. Pour ma part, je dirigerai la section d'assaut des crocs. Mr Strear connaissant trés bien le terrain d'Austrivage ainsi que les forces de l'alliance en présence, je propose qu'il coordonne nos actions sur le terrain."

Le chevalier de la mort promena alors un regard glacial sur l'assistance, guettant les réactions du prince et des autres conseillers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rälkezad

avatar

Messages : 3317
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 36
Localisation : Midi-Pyérénées

MessageSujet: Re: [JcJ-JdR/Public] Par les Ténèbres.   Ven 10 Sep 2010, 14:13

Dans la cabine de réunion des officiers, Sanivar regardait Arnis finir d’enrouler son bandage autour de sa taille. La blessure était large mais peu profonde et le Tauren semblait de bonne composition.

_ « Cela te met de bonne humeur d’avoir eu raison. »

Dehors, les autres marins du Trident s’activaient pour doubler la corne de Gilnéas. La victoire d’Austrivage et les renforts venus de Moulin-de-Tarren fraichement embarqués leur avaient fait oublier les défaites de Kalimdor.

Ainsi que l’avait assuré Arnis, peu de marins semblaient se souvenir des murmures provoqués un temps par la décision d’attaquer Austrivage de front.



Austrivage… La garnison avait été considérablement renforcée, mais paradoxalement, les renforts avaient semblé pris de court par l’attaque frontale du Trident du Fou.

La canonnade avait balayé les batteries principales du port tandis que les forces des sombres alliés du vaisseau corsaire entraient par les terres.

De nouveaux combattants avaient eux aussi prêté main-forte à l’assaut, des têtes brûlées du Cartel Zircontusion, alors stationnées sur Moulin-de-Tarren, qui avaient accepté de tromper leur ennui contre espèces sonnantes et trébuchantes afin de mener des actes de diversion et de rapine à la périphérie de la ville, désorientant un temps la défense. Ces mercenaires redoutables avaient semé à merveille la confusion et l’incendie, comme les chiens de guerre qu’ils étaient.

L’assaut principal, mené tambour battant depuis le navire corsaire avait pu se déployer sur les quais et opérer la jonction avec les forces venues de terre. Les batteries secondaires avaient été investies et le pillage était bien avancé lorsque le véritable Ennemi avait fait irruption. En fait de Voile Pourpre, ce furent les créatures de MortSure qui s’avançaient.

Leur première tentative pour repousser les corsaires et leurs alliés fut gênée par les embusqués en maraude autour de la ville.

Après s’être replié, les mercenaires, encadrés par de puissants combattants, menèrent un deuxième assaut. Après avoir laissé craindre un moment le débordement, cet assaut fut également repoussé. La magie fusait de tous côtés, mais les corsaires avaient déjà pu investir certains bâtiments, à partir desquels ils faisaient pleuvoir les projectiles, eux-mêmes restant à couvert.

Pris dans les feux croisés, les soldats de l’Alliance et leurs alliés semblèrent abandonner Austrivage au pillage.


Ce n’est qu’en s’éloignant du port dévasté à bord du Trident que les corsaires virent les ultimes combats opposant leurs alliés restés un temps dans la ville pour couvrir leur départ aux renforts venus secourir Austrivage.

Les restes de la garnison, les combattants de MortSure, rejoints par une escouade de soldats de la Légion de Lordaeron repoussèrent sans mal les assaillants. Bientôt, tout un détachement de la Légion de Lordaeron serait sur place, mais le Trident avait refait provision d’eau et de bouche pour atteindre confortablement Le Sépulcre.


Mieux, il avait frappé une position fortifiée au cœur, laissant un souvenir de cendres et de fumée dans la population et la soldatesque de Hautebrande.

Oui, les feux de la guerre se rallumeraient bien vite à ce rythme-là…


_ « Tu sais bien que nous avions besoin d’une victoire avant de nous remettre en course. Je suis bien plus serein ce soir, avec un équipage uni qui a goûté de nouveau au succès. »

Arnis s’était redressé et faisait jouer son épaule d’arme en grognant. Sanivar le regarda se lever :

_ « Alors ça y est, tu penses que nous sommes prêts ?

_ Il le faudra bien. La prochaine fois, nous affronterons nos ennemis sur les terres d’Arugal. Là-bas, un échec peut avoir des conséquences bien plus dangereuses.

_ Terdein…

_ Il n’appartient qu’à nous de vaincre encore. »



Sur le pont, le Réprouvé aux yeux de glace regardait ses compagnons se partager l’alcool d’Austrivage.

Ils avaient triomphé, mais l’adversaire avait été pris de court et les délais avaient été tenus. Mais jusqu’à quand pourraient-ils jouer au chat et à la souris ?

Partout où ses yeux se posaient, derrière la joie d’être encore en vie pour boire, rire et plaisanter, Rälkezad ne voyait qu’une fatigue désespérée, une faiblesse mortelle, un combat condamné par avance.

Sa décision était prise. Peu importaient les risques, il irait jusqu’au bout. Il avait lui-même déterminé ceux qui le suivraient, qui auraient confiance.

Le Chapelain Angellu, d’Achérus lui aussi se rapprocha : « vous avez une mine sinistre, comme d’habitude. Quelque chose vous troublerait en ces heures de célébration ? »

Angellu semblait vouloir lire en son compagnon d’arme.

_ « Non, rien. C’était une belle bataille, sacristain Angellu. Les morts en soient loués. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rälkezad

avatar

Messages : 3317
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 36
Localisation : Midi-Pyérénées

MessageSujet: Re: [JcJ-JdR/Public] Par les Ténèbres.   Ven 10 Sep 2010, 16:52


La Malédiction d’Arugal.



La chaloupe se rapprochait de la grève du Défilé du Nord. Au loin, le Trident du Fou était de plus en plus caché par les brumes des forêts des Pins Argentés.

Les autres chaloupes du Trident étaient elles aussi englouties dans le brouillard persistant, seul le léger clapotis des rames trahissait leur présence.

Arnis sauta de la frêle embarcation, ses sabots massifs entrant dans le sable. Sanivar, Omorphia, Rälkezad et Muisak en faisaient de même, aussitôt suivis par les autres corsaires.

Muisak avait pris une poignée de sable dans ses mains, la porta vers ses narines et, satisfait, s’essuya les mains sur son baudrier. Sa voix rauque claquait dans les ténèbres comme les chaloupes étaient retournées et camouflées.

Déjà, les Lycanthropes donnaient de la voix au loin. Ils ne tarderaient pas à sentir leur arrivée. Il n’était pas non plus question d’allumer des feux. Cette nuit, le Trident du Fou n’alimenterait pas les rumeurs concernant cette grève hantée. Même les hautes voiles du navire demeureraient invisibles.

Des silhouettes se détachèrent à l’orée des bois ; l’avant-garde du Trident était à l’heure, ils amenaient les montures que leur prêtait l’avant-poste du Sépulcre. Les corsaires étaient essoufflés comme après une rapide course mais se firent rapidement reconnaître.

_ « Hâtez-vous ! Ce soir, les meutes d’Ombrecroc sont de sortie et elles sont particulièrement excitées. La route du Sépulcre a été coupée moins d’une heure après la tombée de la nuit… »

Sanivar et Muisak lancèrent un regard à Arnis ; la mission promettait d’être mouvementée, si les Maudits et les Créatures de la Voile Pourpre se donnaient le mot durant la même nuit. Les yeux de Rälkezad brillèrent fugitivement. Arnis prenait la mesure de l’information :

_ « Tant pis, c’est ce soir que nous devons aller sur l’Île de Fenris. La bibliothèque de cette forteresse nous a suffisamment été interdite. Et nous n’avons pas d’alternative, puisque les vampyrs ont déjà ratissé Moulin de l’Ambre. Il nous faudra simplement veiller à ne pas nous séparer. Que chaque officier garde à l’esprit ce point et nous vaincrons. Nos groupes doivent rester solidaires. A monture, corsaires ! »

La troupe se mit en route dans un bruit lourd de boue foulée par les bêtes.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [JcJ-JdR/Public] Par les Ténèbres.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[JcJ-JdR/Public] Par les Ténèbres.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Blog] Le Messager des Ténèbres: Prologue.
» [Blog] Le Messager des Ténèbres: Chapter I
» Ministère Public contre Vael Caerlston -- Dossier A.LJUSTE.11-01
» Descent, Voyage dans les Ténèbres
» Dans les ténèbres d'un Lointain Futur...Il n'y a que la Guerre...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Trident du Fou :: Taverne. :: La table ronde.-
Sauter vers: