Le Trident du Fou

Guilde JcJ/JdR Culte de la Rive Noire
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Charte Background Trident I] Charte des Mers du Sud du Trident du Fou.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rälkezad

avatar

Messages : 3317
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 36
Localisation : Midi-Pyérénées

MessageSujet: [Charte Background Trident I] Charte des Mers du Sud du Trident du Fou.   Jeu 12 Aoû 2010, 15:21

Ce premier volet du background de la guilde présente les facettes militaro-JcJ de l'équipage, et reste très axé sur les affrontements officiels qui secouent le navire.



CHARTE JDR DES MERS DU SUD DU TRIDENT DU FOU :



1) SUR LA SPECIFICITE DU TRIDENT DU FOU AU SEIN DE LA HORDE.


Si la Horde est une Confédération de Races qui a uni les destinées de chacune de ses composantes, pour des raisons différentes, avec un engagement variable et une coordination approximative, cette union a donné lieu à des échanges et à des relations entre les différentes forces qui composent cet agrégat disparate.

C'est ainsi que des éléments constituant une sorte d'Internationale de Combattants de la Horde en sont venus à sortir du lot et à constituer des passerelles entre ces pôles de pouvoir aux clivages forts qui existent encore aujourd'hui dans la Horde.

Ces éléments en sont venus à former des bandes armées, plus ou moins régulières, plus ou moins loyales, plus ou moins considérées et respectées ; des compagnies de mercenaires, des groupuscules fanatiques, des clans semi-criminels ont vu le jour, mêlant adeptes de la magie de bataille et guerriers aguerris.


Parmi ces groupes, le Trident du Fou se distingue par plusieurs caractères.


_ GUERRE OUVERTE !

Il s'agit d'un équipage de combattants, qui ont choisi à un moment ou à un autre dans leur existence de vouer leur vie à la "Guerre Ouverte", un concept qui est apparu clairement depuis l'Appel à la Croisade des Maîtres de l'Alliance et de la Horde.

Cet Appel a mis en sourdine la lutte mortelle qui oppose ces deux Factions, lorsque celles-ci ont cru discerner en le Fléau et le Roi-Liche un ennemi ultime qui requerrait sinon une union de circonstance, comme lorsque la Légion Ardente s'était abattue sur le Monde, mais à tout le moins une trêve ou une atténuation dans la violence des affrontements qui opposaient les deux Factions entre elles.

Mais les évènements qui ont suivi la victoire sur la Légion Ardente ont montré que les deux Factions n'étaient pas réconciliables (du moins est-ce la doctrine qui a cours en ces temps troublés) et que la victoire sur un ennemi commun entraînait mécaniquement la reprise des hostilités. Les quelques rares exceptions qui ont vu l'émergence de sympathies inter-faction ou du moins du respect mutuel ont été marginalisées et combattues en interne tant par l'Alliance que par la Horde (le phénomène a culminé avec la lutte entre les Portvaillant de Théramore). Thrall lui-même reste très critiqué par les faucons pour son attitude posée et diplomate.

Pour cette raison, le concept de Guerre Ouverte a connu un succès idéologique certain auprès des combattants qui ne vivent depuis longtemps que pour et par la guerre, ayant oublié à jamais le goût de la Paix. Ajoutons à cela que la guerre a multiplié le nombre de victimes civiles et engendré le pourrissement de régions entières livrées à l'anarchie, à l'ultra violence gratuite et au chaos, et nous comprendrons que le phénomène de la violence, atteignant une masse critique, s'autoalimente désormais de manière trans-générationnelle.

Combien d'Elfes de Sang ont-ils rejoint la Guerre Ouverte depuis l'exil et la "trahison" de leur Prince, sans l'expliquer par la violence endémique qui endeuille les contrées Sin'Doreï ?

En cela, le Trident du Fou est politiquement vu d'un très bon œil par les radicaux et les partisans d'une reprise tous azimuts des hostilités entre l'Alliance et la Horde. Thrall lui-même semble souffler le chaud et le froid, entre la trêve qu'il préconise et le fait que l'équipage du Trident du Fou n'est pas inquiété lorsqu'il fait provision de bouche et d'armes dans les bastions de la Horde.

Sauf à considérer que le Trident a désormais des sympathies avec les commandants et les soldats des places dans lesquelles il se ravitaille, indépendantes des consignes officielles de Thrall. Dès lors, le Trident du Fou constitue désormais l’un des phénomènes emblématiques de la perte de puissance des modérés vis-à-vis des belliqueux.

Il s’avère qu’en tout état de cause les rumeurs un temps colportées par l’une des milices paramilitaires de l’Alliance aujourd’hui dissoute, la Garde Impériale, selon laquelle des officiels de la Horde, proches de Thrall auraient partie liée avec le Trident du Fou, est aujourd’hui une non information, tant la Horde semble instable et non coordonnée sur le plan diplomatique. En résumé, que ce soit vrai ou faux, il n’est plus possible de déterminer s’il fut un temps où Thrall lui-même a octroyé ou non une "Lettre de Course officieuse" aux gens du Trident.

Ce qui est certain à ce jour, c’est que tout un pan politique et militaire de la Horde soutient ou approuve désormais au moins officieusement les actions des « Corsaires du Trident ».


_ CORSAIRES !

Ce qui nous amène à l’élément suivant : le Trident du Fou est un navire corsaire. A ce titre, il revendique des Lettres de Course qui légitiment ses actions militaires et coups de force.

A ce jour, le Trident du Fou fait état d’une Lettre de l’Etat Sin’Doreï de Lune d'Argent, particulièrement opportune puisqu’elle permet au Trident de bénéficier du Droit de la Guerre pour la plupart de ses opérations menées sur les côtes du Norfendre et des Royaumes de l’Est, autrement dit la plupart de ses manœuvres.

Les officiers du Trident du Fou s’enorgueillissent du fait qu’ils ne sont pas de « vulgaires » pirates, uniquement intéressés par le pillage, les rapines ou la contrebande. Ils versent leur pourcentage à leurs commanditaires, comme il se doit et respectent également le Droit de la Guerre. Ils ont notoirement fait des prisonniers et ont toujours négocié leur libération sans qu’une simple rançon soit livrée, ainsi qu’il est d’usage dans la Marine respectable.

Ce statut de corsaire explique la présence des marins du Trident en tant que supplétifs mercenaires de certains Etats et leur intervention dans certaines batailles, au côté de réguliers et d’autres mercenaires.

Restant malgré tout en marge des unités militaires régulières de la Horde, ils gardent une grande liberté d’action et de mouvement, et ont prêté régulièrement leur concours à des actions diplomatiques et militaires officieuses, notamment auprès du Cartel GentePression.



2) SUR LES RELATIONS ENTRE LE TRIDENT DU FOU ET LE CARTEL GENTEPRESSION.


Le Cartel Gentepression regroupe les Marchands Gobelins de quatre Cités Marchandes Libres distinctes (Cabestan, Long-guet, Gadgetzan, Baie-du-butin).

Si certaines se différencient par leur style et leur spécialisation manifeste dans certains domaines de la technologie gobeline, il est un trait qui les réunit toutes : l’attrait pour l’or et l’activité qui permet d’en brasser le plus, à savoir le commerce. Pour cela, ils n’hésitent pas à lancer de véritables campagnes promotionnelles, tels que les concours de pêche ou l’organisation de combats de gladiateurs, pendant lesquels ils peuvent soutenir le commerce local, vendre des rafraichissements ou de quoi avoir soif avant.

Cette faction est très courtisée ces derniers temps, du fait des avancées inédites de la science gobeline et des percées technologiques qu’elles permettent (particulièrement en matière d’armements et de transports mécanisés terrestres et aériens).

L’Alliance, en cherchant à s’attirer les faveurs ou au moins la neutralité du Cartel espère ni plus ni moins monopoliser les avancées technologiques du monde connu, puisque la science en ingénierie Gnome lui est déjà acquise.

Cependant il est fait observer régulièrement dans les cercles extrémistes de l’Alliance que les gobelins ont la peau verte, un peu trop verte pour être fiables. Ce double langage a pu créer des tensions, certains gobelins du Cartel se persuadant que l’Alliance ne cherche en réalité qu’à leur dérober leur savoir pour s’en servir contre la Horde avant de les trahir, comme l’Alliance a pu trahir les elfes de sang avant la Défection de leur Prince.

Par ailleurs, la Horde et les orques au premier chef sont conscients que la technologie militaire jouera dans l’avenir un rôle accru, ainsi qu’en témoigne l’utilisation de plus en plus courante d’engins mécanisés de siège de part et d’autre des champs de bataille, d’engins volants fortifiés et de mines explosives.

Si les gobelins semblent pour l’heure se satisfaire d’un commerce même de nature militaire neutre d’un point de vue des deux Factions, les maîtres de guerre orques seraient heureux de pousser leur cousinage de couleur de peau en avantage diplomatique et politique auprès du Cartel.

Des tractations secrètes au plus haut niveau seraient initiées récemment pour arriver à engager le Cartel et avec eux tous les gobelins dans la Guerre Ouverte. Cette rumeur est pour l’instant démentie tant en paroles que dans les actes par les Princes Marchands des Cités gobelines.


Dernière édition par Rälkezad le Jeu 12 Aoû 2010, 15:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rälkezad

avatar

Messages : 3317
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 36
Localisation : Midi-Pyérénées

MessageSujet: Re: [Charte Background Trident I] Charte des Mers du Sud du Trident du Fou.   Jeu 12 Aoû 2010, 15:21

(suite de la charte background)


_ LE TRIDENT DU FOU DANS TOUT CELA ?

L’équipage du Trident du Fou est concerné par les relations entre le Cartel et les deux Factions en tant qu’agent libre bien que positionné en faveur de la Horde.

Cette situation fait d’eux, de par leur liberté et leur mobilité de parfaits intermédiaires en tant qu’escorteurs de diplomates, coursiers de missives discrètes sinon secrètes, etc., et ce au profit de la Horde.

Sans surprise, il se raconte dans les milieux underground des Ports Libres que le campement de Grom’Gol, à Strangleronce, tenu par un officier de la Horde particulièrement bienveillant envers les corsaires du Trident en raison des nombreuses fois où le camp a été soutenu par l’équipage de ce navire lors d’attaques et d’escarmouches avec des irréguliers de l’Alliance, serait devenu un véritable point de départ des négociateurs de la Horde à destination de Baie-du-butin.

Il est à noter enfin que les corsaires du Trident, à l’inverse des pirates qui infestent les criques isolées et les rivages qui bordent la jungle, ne se livrent pas par nature à la contrebande et se heurtent fréquemment à la flibusterie de la Voile Sanglante.

Cette attitude est d’autant plus appréciée que le Trident du Fou sait rester discret et ne prétend pas mouiller dans le port de Baie-du-butin.

Une autre rumeur qui a court dans certaines tavernes du front de mer fait état d’une Lettre de Course secrète qui serait en négociation entre certaines familles gobelines influentes du Cartel et les corsaires. Pour l’heure, rien ne permet d’accorder à ces dires le moindre crédit, tant les Princes Marchands du Cartel tiennent à afficher leur neutralité à l’égard tant de l’Alliance que de la Horde.

Une chose est sûre, cependant : les dirigeants de l’Alliance comme ceux de la Horde n’ont jamais réglé avec autant de ponctualité leurs dettes envers le Cartel, au point que certains se demandent si le Cartel ne jouerait pas sciemment sur les incertitudes pour l’avenir afin de réaliser des opérations commerciales plus intéressantes encore que par le passé.




3) SUR LES INTERETS FINANCIERS, GEOGRAPHIQUES, POLITIQUES ET POINTS DE CHUTE ADMIS DU TRIDENT DU FOU.


_ INTERETS FINANCIERS :


En tant qu’équipage corsaire, les intérêts financiers du Trident sont tout à fait particuliers et se décomposent comme suit.

Les corsaires reçoivent des privilèges de perception pour les prises de guerre, qu’il s’agisse d’un vaisseau ennemi (rare) remorqué dans un port allié, de marchandises réquisitionnées, armes et provisions, butins divers, saisies de marchandises de contrebande, etc. : puisque les marins du Trident du Fou se battent pour une Nation ou une Puissance avec laquelle ils ont négocié une lettre de course, après avoir reversé un pourcentage défini dans la lettre de course à leur commanditaire, les corsaires perçoivent en nature ou en monnaie le prix équivalent à la prise de guerre.

La seule limite consiste à n’attaquer que des ennemis de la Nation pour laquelle les corsaires courent. Cela ne constitue guère un frein aux déprédations du Trident, puisque lorsque le vaisseau en vue bat pavillon neutre, les marins hissent à loisir un nouveau pavillon de chasse, le plus souvent celui de Lune d’Argent, qui est en guerre contre la quasi-totalité des Pays de l’Alliance.

Comme on le voit, les sources de revenus du Trident du Fou dépendent directement de son activité, du nombre de vaisseaux abordés, de caches de contrebande découvertes et confisquées, etc.

Le Trident du Fou entrepose ses prises de guerre dans les dépôts de Lune d’Argent, ou les places tenues par la nation Sin’Doreï, en attendant le calcul du pourcentage retenu et le paiement des primes.

Il est dit que certaines places de la Horde recèleraient également de semblables dépôts, selon que le commandant de garnison en exercice serait en relation de confiance ou non avec les corsaires. Ce fait n’a pas encore été vérifié, mais il est vrai que si cela était avéré, il est vraisemblable que les caisses ne seraient pas estampillées du Trident, par discrétion. Il n’est pas non plus irréaliste de penser que le Trident achète parfois la complaisance des officiers de garnison en octroyant des bonus à proportion de la cécité sélective de la garnison. C’est du moins ce que les adversaires du Trident avancent pour expliquer la popularité des corsaires auprès de la troupe.

Pour le reste, il n’est pas de notoriété publique que les corsaires disposent de caches particulières, n’ayant officiellement aucune activité de contrebande et disposant de revenus parfaitement légaux.

Dès lors, il est probable que les capitaux et revenus entrent dans le circuit bancaire officiel, comme n’importe quelle société ou particulier de la Horde.


_ INTERETS GEOGRAPHIQUES :


Il sera indiqué à titre liminaire que les corsaires du Trident du Fou ne se sentent pas limités dans leur terrain de chasse. Leurs lettres de course leur permettent de prendre en chasse à peu près tout ce qui flotte dans les mers et océans de ce monde, et les produits de contrebande sont par nature saisissables à loisir.

Cependant les corsaires du Trident sont particulièrement actifs à Strangleronce, de par la présence de la Voile Sanglante, pirates et contrebandiers solidement implantés sur les côtes voisines de Baie-du-butin, le Port Franc gobelin.

Il n’est pas erroné de prétendre que les corsaires font une bonne part de leurs prises sur le dos de ces pirates.

Depuis l’obtention de la lettre de course de Lune d’Argent, il est fréquent de voir également leur navire croiser dans les eaux glacées entre Norfendre et les contrées Sin’Doreï.

Ce sont donc toutes les routes maritimes des Royaumes de l’Est qui peuvent être sillonnées par les corsaires.

Ce ne sera qu’exceptionnellement que le navire sera aperçu entre Kalimdor et les Îles de Darnassus ou de l’Exodar, lorsque les prises ont été maigres et que nécessité faisant loi, le Trident du Fou en sera réduit à engager la puissante flotte des elfes de la nuit. A moins qu’ils n’aient à honorer un contrat particulier, ou l’appel à l’aide de l’un de leurs sympathisants, dont la garnison est attaquée.

Il est à noter cependant que ces derniers temps le Trident du Fou fait montre d’une activité surprenante, n’hésitant pas lancer des raids sur Hurlevent, la capitale du puissant Royaume humain du Sud, que ce soit par voie de mer ou par voie de terre, semblant remonter de Strangleronce pour mettre à sac les prospères contrées agricoles, peu défendues depuis l’Appel à la Croisade du Norfendre.

Leur rapidité de navigation fait désormais soupçonner une montée en puissance des effectifs du Trident, lequel serait selon certains canaux à même d’armer deux vaisseaux différents, multipliant ses capacités d’intervention d’autant.

Des rumeurs de plus en plus étayées font également état d’une guerre déclarée au syndicat du crime Pavillon Noir, expliquant les raids de plus en plus audacieux des corsaires pour toucher les intérêts de ces flibustiers, parfois bien au-delà des terrains d’intervention traditionnels du Trident.


_ INTERETS POLITIQUES :


Le Trident du Fou semble animé d’une volonté propre, au-delà de son engagement affiché en faveur des intérêts de la Horde.

En effet, comme il l’a été indiqué infra, en ces temps de trêve suite à l’Appel à la Croisade contre le Roi-Liche, il n’est guère politiquement correct de raviver les tensions toujours présentes par la multiplication de raids contre la Faction ennemie.

C’est sans prendre en compte la montée d’un courant radical et belliciste, d’autant plus rapide à se développer que le Fléau semble devoir être vaincu en fin de compte. Les deux Factions pourraient être sur le point de reprendre leur ancienne guerre avec encore plus de violence qu’avant la trêve.

Thrall lui-même semble de plus en plus débordé par son aile militaire jusqu’auboutiste, laquelle voit avec satisfaction les corsaires rallumer les foyers de la guerre aux quatre coins du monde.

Pour des raisons pratiques, le Trident est enfin entré dans une logique de soutien aux garnisons qui lui sont utiles, notamment pour l’entreposage de ses prises de guerre et autres produits de contrebande confisqués.

Avec le temps, des relations de confiance, de profit mutuel et de respect se sont tissées entre les garnisons de certaines places et les marins du Trident, lesquelles entrent à leur tour plus facilement dans la logique de Guerre Ouverte prônée par le maître du Trident, celui que peu de personnes ont réellement vu et qui se fait appeler le Fou.

Quelles sont au juste les raisons d’agir du Fou, l’armateur et capitaine disparu du Trident? Ses objectifs politiques, s’il en a, n’ont pas encore été divulgués. Une seule chose est connue, encore que de quelques membres proches du Commandement Suprême à Orgrimmar : Thrall le connaît. Et semble craindre la réalisation de son projet.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rälkezad

avatar

Messages : 3317
Date d'inscription : 09/07/2009
Age : 36
Localisation : Midi-Pyérénées

MessageSujet: Re: [Charte Background Trident I] Charte des Mers du Sud du Trident du Fou.   Jeu 12 Aoû 2010, 15:22

[Suite et fin de la charte JdR des Mers du Sud du Trident du Fou.]


_ POINTS DE CHUTE ADMIS :


• Grom’Gol :

S’il est une garnison entre toutes que défendent les corsaires du Trident, c’est celle de Grom’Gol, à Strangleronce. Cette place entourée de palissades, sans cesse sur le pied de guerre et harcelée par tous les irréguliers de l’Alliance présents pour une raison ou une autre dans la région, ne cesse d’être engagée le long des sentiers dans la jungle. Les trolls dégénérés et cannibales, les pirates, qui pullulent s’ajoutent aux fauves particulièrement agressifs.

Tous les gens de troupe de Grom’Gol gardent en mémoire cette nuit où des assaillants non identifiés, des pirates semble-t-il, ont manqué mettre le feu à la palissade et assassiner dans son lit le commandant.

Cette nuit, le Zeppelin d’Orgrimmar ramenait une partie de l’équipage du Trident, qui avait fait bombance dans la Cité des orcs. Leur intervention fut capitale et le commandant en a conçu depuis une grande reconnaissance envers le Trident du Fou. Une amitié réciproque lie désormais les corsaires et les soldats, qui se concrétise par des oublis de barils de rhum de contrebande dans les comptes officiels, pour la plus grande joie de tous.


• Lune d’Argent :

En tant que Cité Etat qui a contracté avec le Trident une lettre de course, la magnifique cité des Sin’Doreï héberge en permanence quelques corsaires, qui traînent dans les rues ou sur les quais.

Ces marins d’astreinte, sans cesse en éveil et à l’affut d’un danger menaçant la cité, disposent d’un moyen secret pour prévenir le reste de l’équipage sur la nécessité de venir honorer leur engagement.

Tant leur réactivité est grande que la rumeur veut qu’un navire du Trident croise en permanence dans les eaux avoisinant Lune d’Argent. Cela semble toutefois improbable, puisque dans le même temps ils ont été aperçus dans des raids bien plus au Sud.

Il semblerait en fait que le Fou ait doté son équipage de moyens pour prendre rapidement un portail afin de pallier aux délais d’intervention autrement plus longs.

Il va sans dire que Dalaran, la Cité Neutre, a été pointée du doigt. Cependant, l’Alliance n’a pas encore trouvé le courage de mettre officiellement en cause les mages. Nul doute que l’affaire n’en restera pas là, puisque Varian, le souverain de Hurlevent, serait fou de rage de constater que sous prétexte de neutralité, les éléments les plus provocateurs de la Horde puissent emprunter impunément les portails magiques de la Cité.


• Orgrimmar :

La capitale des orques, un temps amoindri par l’influence de Dalaran, devenue la plate-forme de l’effort de guerre principal contre le Fléau, retrouve ces derniers temps son rôle de Cité relais pour les combattants de la Horde.

Naturellement, les corsaires du Trident attachent une grande importance à la capitale, qui symbolise les espoirs de la Horde en terme de droit à s’installer où bon semblera aux peuple libres.

Les marins en permission apprécient festoyer et faire ripaille dans la Cité chaude et poussiéreuse.

Ils n’ont pour l’instant jamais été inquiétés par les soldats orques, dont certains ont combattu aux côtés des corsaires lors de raids de l’Alliance voisine contre la ville.

Les heurts entre les marins du Trident et la flotte de l’Alliance stationnée à Theramore sont restés limités, du moins jusqu’à ce que Jaïna ait recueilli des pirates de Pavillon Noir traqués par les corsaires dans les marais d’Âprefange.

Jaïna ignorait alors que les fugitifs revenaient d’un raid mené sur la capitale des taurens, où leurs déprédations avaient fait de nombreuses victimes et entraîné la course poursuite jusque dans les marais.

Mais Jaïna, piégée, a argué du droit d’accorder le refuge à toute personne qui le demande et ne s’est pas déjugé depuis, ce qui a provoqué un grand émoi auprès des gens de la Horde et du Trident.

Depuis, la flotte de Theramore est sur le pied de guerre et les Porte-Guerre les plus virulents d’Orgrimmar ont le sourire aux lèvres. Nul ne doute à Orgrimmar que si une expédition est menée contre Theramore, c’est d’Orgrimmar qu’elle partira. Les corsaires du Trident ont depuis redoublé leur présence dans la capitale, et pas seulement pour faire bombance.

Fin de la Charte JdR des Mers du Sud du Trident du Fou.]



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Charte Background Trident I] Charte des Mers du Sud du Trident du Fou.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Charte Background Trident I] Charte des Mers du Sud du Trident du Fou.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charte de l'Ordre du Mérite
» Raccord JdR Trident du Fou - MortSure/ Postulats
» Non respect de la charte.
» Charte de guilde
» IMPORTANT A LIRE : Du recrutement (extrait de la Charte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Trident du Fou :: Taverne. :: La table ronde.-
Sauter vers: